Donatien Aubert est artiste, chercheur et auteur. Après avoir accompli ses principales études à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP obtenu avec les félicitations du jury — 2014), il a été membre du programme Spatial Media du Laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (EnsadLab), spécialisé dans la conception d’environnements 3D interactifs, immersifs et partagés. Depuis 2019, il est docteur en littérature comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, écrite au sein du Labex OBVIL, détermine par quels moyens et pourquoi les techniques antiques de spatialisation des connaissances, dites de « mémoire artificielle », ont été réactualisées à l’époque contemporaine grâce aux méthodes issues de l’infographie tridimensionnelle.

 

Le travail théorique et plastique de Donatien Aubert vise à problématiser l’héritage philosophique, épistémologique et politique des paradigmes cybernéticiens, et leur résilience dans des mouvements comme l’écologie et le transhumanisme. Son premier livre, Vers une disparition programmatique d’Homo sapiens ?, portant sur ce thème, est sorti en juin 2017 aux éditions Hermann.

 

Donatien Aubert appuie son travail plastique (vidéo, volume, installation, conception et fabrication assistées par ordinateur, réalité virtuelle, projets art-science) sur des recherches qui l’ont amené à travailler avec plusieurs laboratoires, notamment le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), l’EnsadLab, le Labex OBVIL ou encore l’Assistance Publique — Hôpitaux de Paris.

Donatien Aubert est artiste, chercheur et auteur. Après avoir accompli ses principales études à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP obtenu avec les félicitations du jury — 2014), il a été membre du programme Spatial Media du Laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (EnsadLab), spécialisé dans la conception d’environnements 3D interactifs, immersifs et partagés. Depuis 2019, il est docteur en littérature comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, écrite au sein du Labex OBVIL, détermine par quels moyens et pourquoi les techniques antiques de spatialisation des connaissances, dites de « mémoire artificielle », ont été réactualisées à l’époque contemporaine grâce aux méthodes issues de l’infographie tridimensionnelle.

 

Le travail théorique et plastique de Donatien Aubert vise à problématiser l’héritage philosophique, épistémologique et politique des paradigmes cybernéticiens, et leur résilience dans des mouvements comme l’écologie et le transhumanisme. Son premier livre, Vers une disparition programmatique d’Homo sapiens ?, portant sur ce thème, est sorti en juin 2017 aux éditions Hermann.

 

Donatien Aubert appuie son travail plastique (vidéo, volume, installation, conception et fabrication assistées par ordinateur, réalité virtuelle, projets art-science) sur des recherches qui l’ont amené à travailler avec plusieurs laboratoires, notamment le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), l’EnsadLab, le Labex OBVIL ou encore l’Assistance Publique — Hôpitaux de Paris.

Donatien Aubert est artiste, chercheur et auteur. Après avoir accompli ses principales études à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP obtenu avec les félicitations du jury — 2014), il a été membre du programme Spatial Media du Laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (EnsadLab), spécialisé dans la conception d’environnements 3D interactifs, immersifs et partagés. Depuis 2019, il est docteur en littérature comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, écrite au sein du Labex OBVIL, détermine par quels moyens et pourquoi les techniques antiques de spatialisation des connaissances, dites de « mémoire artificielle », ont été réactualisées à l’époque contemporaine grâce aux méthodes issues de l’infographie tridimensionnelle.

 

Le travail théorique et plastique de Donatien Aubert vise à problématiser l’héritage philosophique, épistémologique et politique des paradigmes cybernéticiens, et leur résilience dans des mouvements comme l’écologie et le transhumanisme. Son premier livre, Vers une disparition programmatique d’Homo sapiens ?, portant sur ce thème, est sorti en juin 2017 aux éditions Hermann.

 

Donatien Aubert appuie son travail plastique (vidéo, volume, installation, conception et fabrication assistées par ordinateur, réalité virtuelle, projets art-science) sur des recherches qui l’ont amené à travailler avec plusieurs laboratoires, notamment le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), l’EnsadLab, le Labex OBVIL ou encore l’Assistance Publique — Hôpitaux de Paris.

Donatien Aubert est artiste, chercheur et auteur. Après avoir accompli ses principales études à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP obtenu avec les félicitations du jury — 2014), il a été membre du programme Spatial Media du Laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (EnsadLab), spécialisé dans la conception d’environnements 3D interactifs, immersifs et partagés. Depuis 2019, il est docteur en littérature comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, écrite au sein du Labex OBVIL, détermine par quels moyens et pourquoi les techniques antiques de spatialisation des connaissances, dites de « mémoire artificielle », ont été réactualisées à l’époque contemporaine grâce aux méthodes issues de l’infographie tridimensionnelle.

 

Le travail théorique et plastique de Donatien Aubert vise à problématiser l’héritage philosophique, épistémologique et politique des paradigmes cybernéticiens, et leur résilience dans des mouvements comme l’écologie et le transhumanisme. Son premier livre, Vers une disparition programmatique d’Homo sapiens ?, portant sur ce thème, est sorti en juin 2017 aux éditions Hermann.

 

Donatien Aubert appuie son travail plastique (vidéo, volume, installation, conception et fabrication assistées par ordinateur, réalité virtuelle, projets art-science) sur des recherches qui l’ont amené à travailler avec plusieurs laboratoires, notamment le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), l’EnsadLab, le Labex OBVIL ou encore l’Assistance Publique — Hôpitaux de Paris.

  •  

  •  

  •  

  •  

Donatien Aubert est artiste, chercheur et auteur. Après avoir accompli ses principales études à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP obtenu avec les félicitations du jury — 2014), il a été membre du programme Spatial Media du Laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (EnsadLab), spécialisé dans la conception d’environnements 3D interactifs, immersifs et partagés. Depuis 2019, il est docteur en littérature comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, écrite au sein du Labex OBVIL, détermine par quels moyens et pourquoi les techniques antiques de spatialisation des connaissances, dites de « mémoire artificielle », ont été réactualisées à l’époque contemporaine grâce aux méthodes issues de l’infographie tridimensionnelle.

 

Le travail théorique et plastique de Donatien Aubert vise à problématiser l’héritage philosophique, épistémologique et politique des paradigmes cybernéticiens, et leur résilience dans des mouvements comme l’écologie et le transhumanisme.

 

Son premier livre, Vers une disparition programmatique d’Homo sapiens ?, portant sur ce thème, est sorti en juin 2017 aux éditions Hermann.

 

Donatien Aubert appuie son travail plastique (vidéo, volume, installation, conception et fabrication assistées par ordinateur, réalité virtuelle, projets art-science) sur des recherches qui l’ont amené à travailler avec plusieurs laboratoires, notamment le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), l’EnsadLab, le Labex OBVIL ou encore l’Assistance Publique — Hôpitaux de Paris.