Technophiles impénitents Ce projet avait pour visée originelle de réaliser les masques mortuaires  de sujets ayant exploité le scientisme d'individus technophiles, afin de  créer des sectes dont ils étaient les gourous. Représenter ces masques me permettaient de montrer ces personnes comme des avatars  dangereux mais passés de l'engouement pour les nouvelles  technologies amenées par la deuxième moitié du XXème siècle. Il est utile de préciser que la période de prospérité de ces sectes s'est faite  parallèlement à l'émergence d'Internet (et des spéculations entourant la  refonte de l'identité personnelle par les biais de la culture numérique). Je n'ai pas tranché quel serait l'aspect final des pièces. Réaliser à partir  d'un logiciel de modélisation 3D, les masques avaient initialement été  conçus pour être photographiés (dans l'espace virtuel de la  modélisation) avant d'être imprimés sur du plexiglas. Les noms des  gourous auraient figuré sous leur portrait, frittés dans le plexiglas.  L'aspect translucide de l'impression leur aurait donné une apparence  fantomatique. Les masques pourraient autrement être stéréolithographiés (technique  de prototypage rapide additive consistant à couler par couche  successive un substrat choisi par le concepteur de la pièce). La troisième possibilité consistait à en réaliser des hologrammes. Les  visages ne surgiraient alors du verre qu'observés selon un angle de  visibilité restreint. Quelques explications supplémentaires quant aux sectes qu'ont présidées ces trois personnes : La scientologie La scientologie hybride, comme les deux premières sectes, des thèmes religieux et des morceaux choisis de science-fiction. Son créateur, Lafayette  Ronald Hubbard a su gagner une publicité colossale en proposant dans les années cinquante des techniques prétendument scientifiques d'équilibre  psychique. En particulier grâce à la diffusion de ce que les scientologues appellent l'E-Meter (ou lectropshychomètre), en réalité un vulgaire ohmètre, qui devait pouvoir mesurer la santé mentale de son utilisateur. Hubbard soutient que les êtres humains contemporains seraient les descendants  d'extraterrestres dont les esprits auraient été faits prisonniers après la mort de leur enveloppe corporelle, auraient été reconditionnés de sorte à adhérer à l'histoire de l'humanité, avant d'être injectés dans les corps d'hommes préhistoriques. Sa mythologie serait sensée expliquer le développement  exponentiel de nos civilisations. Hubbard définit une série de protocoles ayant besoin d'être réalisée par le fidèle s'il souhaite gravir les échelons  hiérarchiques : chaque nouveau secret dévoilant l'objet du culte n'est énoncé qu'après une série d'hypnoses, dont certains sortent même amnésiques.  Devenu un phénomène populaire, la scientologie a su appâter ces dernières décennies plusieurs magnats d'Hollywood. Aum Shinrikyō Shoko Asahara a lancé en 1984 un club de yoga et de méditation dans le quartier de Shibuya à Tokyo. Après cinq ans de forte croissance, pendant  lequel le groupe s'est transformé rapidement en une secte, utilisant des méthodes coercitives à l'égard de ses membres les moins dociles, il a obtenu en 1989 le statut d'organisation religieuse. Shoko Asahara a intéressé le Dalaï-Lama lorsqu'il a essayé de reproduire les états méditatifs obtenus par des  moines bouddhistes par le biais d'un dispositif neurotechnologique(en analysant ses ondes cérébrales par un casque neuronal, et en les reproduisant  chez d'autres sujets par induction nerveuse). Cherchant à injecter davantage de fonds dans ses recherches et à gagner en pouvoir, Shoko Asahara s'est lancé dans une campagne promotionnelle, multipliant les interviews, publiant des magasines et produisant des dessins-animés. Il a recyclé au sein de  l'imagerie de son culte des éléments prélevés aux mangas de science-fiction qui sont venus s'hybrider à des pratiques typiquement bouddhistes en vue  de les rendre plus accessibles à travers leur modernisation. Le groupe a gagné une notoriété internationale quand il a mené à bien son attentat au gaz  Sarin dans le métro tokyoïte, attaque responsable de 12 morts et de 5500 blessés. Heaven's gate En 1970, Marshall Applewhite, se rétablissant d'une crise cardiaque, a persuadé son infirmière, Bonnie Nettles, après avoir vécu une expérience de mort imminente, qu'ils sont les deux témoins de l'Apocalypse dont parle le livre de la Révélation du Nouveau Testament. Ils ont parcouru tous les deux les  Etats-Unis en cherchant à répandre leur système de croyance, basée sur l'idée que la Terre est en phase d'être recyclée. Baignant dans un  environnement New-Age, ils ont hybridé la transcendance chrétienne à une pensée pseudo-scientifique, nourrie d'idées prélevées directement dans la  science-fiction. Leur groupe s'est initialement appelé : Human Individual Metamorphosis. La secte, constituée de 39 personnes en 1997, a disparu  lorsque ses membres se sont suicidés collectivement en ingérant des cocktails vodka-acide barbiturique. Ceux-ci, convaincus d'être dans la simulation  virtuelle d'un vaisseau spatial, qu'ils associaient à la comète Hale-Bopp pensaient pouvoir retrouver le pont du vaisseau, s'ils rompaient le contact avec  leur niveau de réalité. Coupure qui ne saurait être effective qu'au moment où la comète (le vaisseau), était au plus proche de la Terre. Marshall  Applewhite a su réaliser un torrent médiatique en étant un des premiers groupes religieux à diffuser des vidéos de leur culte sur Internet et en envoyant  des shoots testamentaires à de grandes chaînes de télévision américaines. Ron Hubbard / tirage numérique sur plexiglas, contrecollé sur aluminium / 60X80CM